Slack!Slack!

Salut. Ca va ?

On ne sort jamais de chez soi

Image

On ne sort jamais de chez soi, si ce n’est les pieds devant. J’ai souvent réfléchi à une façon de me préoccuper de ce qui est dehors. L’autre. L’infâme autre. L’autre, le pauvre. Comme je le plains ! L’autre qui meurt, l’autre qui a faim. L’autre qui n’est pas vraiment d’accord avec moi. J’ai fait de mon mieux pour lui accorder plus d’attention qu’à mon paquet de cigarettes. Tiens, je n’en ai plus que cinq. Penser à sortir de ma chambre, un de ces jours. Arrêtez d’y croire, vous autres. Vous êtes seuls. Je ne daigne remarquer votre présence que lorsque vous êtes en mesure de m’aider. « Il n’y a pas d’amis desquels je n’ai trahi la confiance. »

Parfois je lui accorde un peu trop de crédit. Je lui demande la permission d’être parfait. Pour une fois je l’écoute, je tends l’oreille. Je tente d’entrevoir ce qu’il y a de moi dans la parole de l’autre. Dans le meilleur des cas, je me félicite de ses félicitations tout en gardant à l’esprit qu’il n’a rien compris. Dans le pire c’est pareil. Ils le sentent, les autres. Il faut savoir que j’en impose. Je poursuis la triste chimère de rencontrer quelqu’un qui soit digne de moi. Pour qu’il me dise : « allez-y. » Même mon meilleur ami, qui s’y est essayé, échoua à cet impossible exercice. Il m’arrive de croiser des cousins, les épaules voûtées de clairvoyance, et les paupières tombantes sous un regard empreint de défi. Je les approche avec un air intrigué, me frotte à eux pour observer leur réaction. Il n’en ont pas. Alors je les accuse d’égoïsme. Je n’aime pas leur façon de garder leur secret en haussant les épaules. Vous non plus, vous ne comprenez pas.

Le problème des autres, c’est qu’ils posent des problèmes. Je les observe, je les renifle. J’essaie de comprendre pourquoi je devrais y porter mon attention plus longtemps. Parfois, quand je suis tristement lucide comme un matin gris, j’admets que le problème est problématique. J’en arrive à constater ses congénères. Bonjour, problème, tiens, tu es venu accompagné ? Alors bonjour, bonjour, café ? Un monde de problèmes envahit alors mon esprit. Puis je fouille dans ma poche, et je trouve un paquet de cigarettes dans lequel il n’en reste plus que cinq. Je n’en ai plus que cinq. Je demande congé à la légion problématique pour envisager un passage chez le marchand de cigarettes. En chemin vers le marchand, je repense à la tribu curieuse qui réclamait mon attention. Elle était populeuse déjà, et beaucoup manquaient encore à l’appel. Mon problème, c’est que j’ai la solution sous la main, et qu’elle ressemble beaucoup à une boîte de cachets et une bouteille d’alcool. Mon problème, c’est qu’il me faut un paquet de cigarettes. Concentrons-nous sur celui-ci. Il est encore meilleur pour la santé. Quant à vous autres, les autres, choisissez le vôtre et fichez-moi la paix. Moi je vais m’acheter des cigarettes.

On ne sort jamais de chez soi, si ce n’est pour acheter des cigarettes.

Publicités

Navigation dans un article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :